VERS LA FIN DES AQUARIUMS BOULES ET COLLIERS ANTI-ABOIEMENT

Depuis quelques années maintenant, il y a une prise de conscience croissante du bien-être animal, notamment pour les animaux domestiques dans nos maisons, tels que les chiens et les chats, mais également pour l’ensemble des animaux sauvages.

Seulement, certains animaux sont un peu laissés pour compte, alors qu’ils méritent également une considération et une amélioration de leur condition de vie, tout comme le classique poisson vendu en animalerie ou gagné sur les foires.

Cette année, c’est la société Agrobiothers Lab qui a décidé de faire évoluer sa politique de vente.

Source : Unsplash

Focus sur l’entreprise française

La société Agrobiothers Lab est une société française spécialisée dans les accessoires, équipements et produits d’hygiène pour les animaux domestiques. Elle est le premier acteur du marché français dans les grandes surfaces, les animaleries, jardineries mais également sur internet. L’entreprise vise donc les chiens et chats, les rongeurs, les oiseaux et également les poissons. La société met en avant des valeurs de qualité, de fiabilité et une production locale avec deux sites sur le territoire, dans les régions de la Bourgogne et de l’Alsace.

Afin de s’accorder avec sa politique du “bien-être animal” et de l’environnement, notamment dans le choix des produits, des matières et ingrédients, le Président de la société Agrobiothers Lab, Matthieu LAMBEAUX, a accordé une interview au journal « Le Parisien », dans laquelle il a annoncé une décision importante. A compter de cette année, la société ne commercialisera plus le mythique bocal sphérique à poisson, et stoppera aussi la vente des colliers anti-aboiement et martinets pour les chiens.

La société française souhaite devenir pionnière dans la matière en adoptant une politique qui garantisse totalement le “bien-être animal” d’ici 2023. Ainsi, Matthieu LAMBEAUX suit la tendance de ces dernières années et décide de faire tendre son entreprise vers une meilleure reconnaissance de la bientraitance animale. Concernant les produits alimentaires, il est en train de bannir ceux provenant de la Chine, contenant certainement plus de matières toxiques que les autres. Matthieu LAMBEAUX a déclaré se laisser encore toute cette année pour réfléchir à d’autres améliorations possibles de son entreprise pour favoriser le bien-être de nos animaux.

Source : Unsplash

La fin de l’aquarium boule

Un bocal minuscule, sans oxygène ni filtration, c’est la vie que vivent de nombreux poissons. Ces petits bocaux sphériques sont pourtant un objet phare qu’on retrouve dans de nombreuses maisons. Ces pauvres poissons sont condamnés à nager en rond toute la journée pendant des années, ou plutôt des mois. En effet, leur espérance de vie est drastiquement réduite dans ce petit bocal rond par rapport aux autres poissons vivant dans des aquariums plus grands ou dans des bassins extérieurs. Bien que certains pensent que les poissons ont une mémoire limitée, d’où l’expression « avoir une mémoire de poisson rouge », cela les rend complètement fous. En moyenne, un poisson rouge ne va pas vivre plus d’une année, mais il ne s’agit pas d’une normalité car en milieu naturel ou dans un aquarium adapté, ils peuvent vivre plusieurs années, même des décennies.

C’est pourquoi Matthieu LAMBEAUX a décidé de mettre fin à la vente de ce petit bocal rond d’une contenance de 5 litres. Ces « aquariums » sont trop petits pour que les poissons puissent se développer correctement. Ils ne peuvent pas grandir jusqu’à la taille normale d’environ 30 centimètres, ce qui peut provoquer douleurs ou malformations. Dotés d’une très mauvaise vue, ils suivent normalement une ligne parallèle à leur ventre, ce qui est impossible à faire dans un bocal rond, entraînant une perte de leurs repères, du stress et des maladies.

De plus, du fait de leur taille, aucun système de pompe ou de filtration ne peut être installé dans ce bocal, laissant les poissons dans un environnement stérile et privé d’oxygène. Pour donner un exemple de comparaison, c’est comme si on enfermait une personne dans une pièce de 10 m² sans système d’aération, avec un pot d’échappement de voiture.

Source : Unsplash

En conséquence, la société Agrobiothers Lab ne vendra plus d’aquarium inférieur à une contenance de 15 litres. Il s’agit d’une décision importante, même si dans l’idéal, la contenance minimum pour qu’un poisson puisse vivre correctement plusieurs années voire décennies, devrait être encore plus grande (une moyenne de 50 litres serait parfaite), avec un bon système d’aération, des plantes et un entretien régulier.

Évidemment, comme toujours, il s’agit d’une belle avancée pour la bientraitance animale, mais toujours tardive par rapport à nos voisins européens. C’est une décision que certains pays ont déjà fait depuis très longtemps, notamment la Suisse, les Pays-Bas, et surtout l’Allemagne il y a maintenant vingt ans.

Source : Unsplash

Le retrait progressif des colliers anti-aboiement

On connaît tous une personne qui a ce type de collier pour son chien. Un banal collier qui ne fait pas de mal selon les propriétaires. Ces colliers captent les vibrations des cordes vocales du chien pour ainsi lancer une décharge électrique, des ultrasons ou encore une odeur nauséabonde. Ces colliers anti-aboiement ne sont pas adaptés car les ventes se font aussi bien à des professionnels qu’à des particuliers. On peut en trouver dans les magasins comme sur internet, et certains vétérinaires en recommandent encore aujourd’hui alors qu’il existe d’autres méthodes d’éducation, beaucoup moins dangereuses et nocives pour l’animal. Il faut donc des produits plus sécurisants et plus respectueux du bien-être animal.

Tout comme les bocaux pour les poissons, le Président de Agrobiothers Lab a décidé de supprimer certains produits de la gamme canine, à savoir les colliers anti-aboiement et les martinets. Avec cette décision, la société rejoint par exemple l’enseigne Maxizoo, qui a fait le choix de ne plus les commercialiser.

Mais encore une fois, la France est bien évidemment en retard sur les autres pays, comme l’Angleterre, le Danemark ou la Norvège, qui ont déjà bannis depuis plusieurs années la vente ces colliers. 

Source : Unsplash

Avec ces décisions importantes, Matthieu LAMBEAUX a donc fait le choix de supprimer une vingtaine de références de son catalogue de vente, représentant pourtant un chiffre d’affaires estimé à un million d’euros pour l’année 2022. Cette décision n’est donc pas sans conséquence pour l’entreprise mais son Président veut s’aligner sur toutes les décisions récentes en faveur du bien-être animal, en espérant pouvoir changer la mentalité des consommateurs. L’évolution doit passer par les entreprises et les consommateurs.

Conclusion

Les décisions en faveur du bien-être animal sont de plus en plus nombreuses de la part des grosses entreprises, mais en tant que consommateurs, nous devons aider à créer ce changement. Maintenant, si vous avez un poisson rouge à la maison dans ce petit bocal rond, mais que vous ne voulez changer d’aquarium, le mieux est de le confier à une personne possédant un bassin extérieur, dans lequel il pourra se développer naturellement.

Anthony GIRAUDON

Source : Unsplash

Sources :

CONSOGLOBE.COM

AGROBIOTHERS.COM

LUNION.FR

GAIAKIDS.BE

LEFIGARO.FR

SCIENCESETAVENIR.FR

20MINUTES.FR

DEMOTIVATEUR.FR