Retour sur la COP26 de Glasgow 2021.

La COP26, c’est quoi ?

Selon le site du Ministère de l’Ecologie : C’est la 26e Conférence des Parties. Depuis 1995, ce sommet réunit chaque année les États signataires de la convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC).
En 2021, la COP26 se tenait à Glasgow (Royaume-Uni), du 31 octobre au 12 novembre, après avoir été reportée d’un an en raison de la crise sanitaire. Plus de 190 dirigeants mondiaux été attendus. Des dizaines de milliers de représentants de gouvernements, de villes, de régions et d’acteurs non-étatiques (entreprises, investisseurs, ONG…) participaient aussi à ces deux semaines de négociations.

La COP, ou « Conference of parties »

Les « Parties » sont les 197 signataires (196 États et l’Union européenne) de la CCNUCC. Ils se réunissent tous les ans sous l’égide de l’ONU. Depuis 1988, ils disposent d’un organe scientifique, le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC).

Cette COP était présidée par le Royaume-Uni, le pays hôte, et co-organisée par l’Italie.

Le président de la COP26, le Britannique Alok Sharma, a rappelé les enjeux dans son discours. “Le rapport du Giec a été une piqure de rappel. Tous les signaux sont au rouge. Il y est clair que l’activité humaine est sans ambiguïté la cause du réchauffement climatique, a-t-il déclaré. On sait que la planète que nous partageons change pour le pire”.

Photo credit : Unsplash

Quels étaient les principaux enjeux de la COP26 ?

La COP26 ne devait pas déboucher sur un nouvel accord mais renforcer les accords de Paris. Autrement dit : réduire les émissions de gaz à effet de serre de 45% d’ici 2030 et atteindre la neutralité carbone autour de 2050. Pour ce faire, 4 grands enjeux étaient visés, selon le site du Ministère de l’Ecologie :

1/ Rehausser l’ambition climatique. Les États qui n’étaient pas encore engagés devaient annoncer leur nouvelle ambition climatique, via la mise à jour des contributions déterminées au niveau national et la publication de stratégies de long terme à horizon 2050.

2/ Finaliser les règles d’application de l’Accord de Paris. L’article 6 de l’Accord de Paris prévoit des mécanismes autorisant les pays à échanger des réductions d’émissions afin d’atteindre leurs contributions déterminées au niveau national (CDN). Une décision de la communauté internationale devait être prise pour que ces mécanismes deviennent opérationnels.

3/ Mobiliser la finance climat. En 2009 à Copenhague, les pays développés se sont engagés à mobiliser 100 milliards de dollars en faveur des pays en développement pour chaque année de 2020 à 2025. Mais le compte n’y est pas (79.6 milliards de dollars en 2019 selon l’OCDE), et des différents persistent sur le financement climat.

4/ Renforcer l’Agenda de l’action. L’Accord de Paris encourage les États à coopérer avec les acteurs non-étatiques au sein d’un « agenda de l’action » rassemblant de multiples initiatives par grands secteurs d’activité, comme l’alliance solaire internationale.

Retour sur les accords de Paris :

Les accords de Paris, signés en 2015 lors de la COP21, ont pour objectifs de limiter le réchauffement climatique en dessous de 2°C au-dessus du niveau de l’ère préindustrielle et de poursuivre les efforts pour limiter davantage l’augmentation des températures à 1,5°C. Pour ce faire, une des pistes envisagées dans ces accords, est la réduction des émissions mondiales nettes de dioxyde de carbone de 45 % d’ici 2030 par rapport aux niveaux de 2010 et atteindre la neutralité carbone d’ici 2050. Ce plan aurait 50% de chance de réussir pour atteindre un réchauffement climatique de 1,5°C. Un autre scénario plus réalisable avance qu’une trajectoire à 2°C nécessiterait de réduire les émissions mondiales de 25 % d’ici 2030 par rapport aux niveaux de 2010 et d’atteindre la neutralité carbone d’ici 2070. Les deux scénarii impliquent des transformations dans des secteurs tels que l’énergie, l’utilisation des sols, l’agriculture, la protection des forêts, le développement urbain, les infrastructures et, plus largement, nos modes de vie. Mais, selon les rédacteurs du rapport Blueprint 2021 UNEP, le réchauffement va atteindre 1,5°C vers 2040 et peut-être plus tôt. Au vu des politiques actuellement menées au niveau mondial pour réduire les émissions de gaz à effet de serre, le réchauffement climatique pourrait atteindre au moins 3°C d’ici 2100. Le réchauffement des courants marins de plus de 1°C du aux activités humaines a déjà entraîné des changements climatiques, des changements dans les régimes de précipitations d’eau de pluie, sur la fonte des glaces et glaciers, sur l’accélération de l’élévation du niveau de la mer et la survenue d’événements extrêmes plus fréquents et plus intenses.

Infographie du Figaro : https://www.lefigaro.fr/sciences/cop26-a-glasgow-un-sommet-climat-pour-remobiliser-la-planete-20211029

Quelques éléments issus de la COP26 :

Forêts et utilisation des terres

Selon la déclaration en ligne, 131 pays représentant 90% des forêts du monde, adoptent une déclaration commune sur les forêts et l’utilisation des terres (Glasgow Leaders’ Declaration on Forests and Land Use). Les pays signataires, dont la France et le Brésil, s’engagent à stopper et inverser la déforestation et la dégradation des terres d’ici 2030. Un engagement financier collectif sur 2021-2025 de 12 milliards de dollars, le Global Forest Finance Pledge, est publié (1 Md pour l’UE, 800 M pour la France). Parallèlement, 12 pays, dont la France, présentent un engagement pour la protection du bassin du Congo (2e forêt tropicale du monde) et annoncent un financement à hauteur de 1,5 milliard de dollars pour les 5 prochaines années.

Selon l’article du Monde, ‘’Déjà en 2014, la déclaration de New York, adoptée par une trentaine de pays, autant d’entreprises et plusieurs dizaines d’organisations des peuples autochtones et de la société civile, prévoyait de réduire de moitié le rythme de disparition des forêts naturelles dans le monde d’ici à 2020 et de stopper leur perte d’ici à 2030. Mais depuis son adoption, la déforestation n’a cessé de s’accroître, et même de s’accélérer. Selon le World Resources Institute (WRI), un centre de réflexion américain, quelque 258 000 km2 de forêts, soit une superficie plus importante que le Royaume-Uni, ont encore disparu en 2020.’’

Photo credit : Unsplash

Fin du financement des énergies fossiles d’ici 2022

https://ukcop26.org/end-of-coal-in-sight-at-cop26/

Au moins 23 pays, notamment l’Indonésie, le Vietnam, la Pologne, la Corée du Sud, l’Égypte, l’Espagne, le Népal, Singapour, le Chili et l’Ukraine, ont pris de nouveaux engagements pour progressivement ne plus financer l’énergie fossile dans la déclaration : ‘Global Coal to Clean Power Transition Statement’. La France n’a rejoint les signataires qu’à la dernière minute.

Les grandes banques internationales s’engagent à mettre un terme à tout financement public international de nouvelles centrales au charbon d’ici la fin de 2021.

Une transition juste vers une énergie propre et l’élimination rapide des gaz et pétrole notamment, ont été au cœur de la présidence de la COP26 dans le cadre de ses efforts pour minimiser les hausses de température conformément à l’Accord de Paris.

https://www.arte.tv/fr/videos/106505-000-A/cop-26-adieu-charbon/

Article très intéressant sur ce sujet :

https://www.challenges.fr/green-economie/cop26-3-questions-sur-la-fin-des-subventions-aux-energies-fossiles-a-l-etranger-promise-par-la-france_789995

Photo credit : UNEP

Le méthane

D’après le site du Ministère de l’Ecologie, une centaine de pays rejoignent le Gobal Methane Pledge, lancé par les États-Unis et les pays de l’Union européenne en septembre 2021. Cet engagement mondial, qui vise à réduire les émissions de méthane (2e gaz à effet de serre, après le CO2) de 30 % d’ici à 2030, par rapport aux niveaux de 2020, est le premier en la matière.

Cependant, certains médias pointent vers les incohérences de cette mesure : 5 des 10 plus gros pays émetteurs de méthane dans le monde il y a deux ans n’ont pris aucun engagement pour réduire la pollution produite avec le méthane.

Dans le texte, il n’est fait aucune mention à l’agriculture alors que ce secteur serait responsable, d’après un rapport de l’ONU d’août 2021 de 32%. « Les émissions générées par le bétail, provenant du fumier et des rejets gastro-intestinaux, représentent environ 32 % des émissions de méthane d’origine humaine. La croissance démographique, le développement économique et la migration urbaine ont stimulé une demande sans précédent de protéines animales et, la population mondiale approchant les 10 milliards d’habitants, cette demande devrait augmenter de 70 % d’ici 2050 (en anglais). »

Photo credit : Twitter

Les océans

L’initiative Because the Ocean (BTO), signée en 2015 à la COP21 par 23 pays, dont la France, lance sa troisième déclaration. Elle y réaffirme notamment que la protection de l’océan est indispensable à lutte contre le changement climatique et propose d’accélérer les efforts visant à supprimer les émissions de gaz à effet de serre issues du transport maritime international.

Martine Valo, journaliste au service Planète du Monde rappelle que les océans sont les grands oubliés de cette COP alors que ces écosystèmes rendent de grands services notamment dans la lutte contre le changement climatique en étant par exemple le premier puit de carbone de la planète. Une déclaration dans le cadre de l’initiative Becaise the Ocean (BTO) mise en place en 2015 lors de la COP21, a été une nouvelle fois faite sans réelle action concrète pour le moment.

Photo credit : Unsplash

Les négociations se sont donc achevées avec la signature du « Pacte de Glasgow pour le climat » qui vise à accélérer la lutte contre le changement climatique, sans assurer de le contenir à 1.5°C (objectifs des accords de Paris). Il a été signé par quelques 200 pays. Dans la trajectoire actuelle des choses, on se dirigerait vers un réchauffement moyen de 2.5°C à horizon 2100.

Encore faut-il rappeler que toutes ces déclarations et signatures sont non contraignantes et que leurs plans d’application sont flous ou inexistants.

Le président de la COP26 a conclu la négociation avait même le ton amer : “Nous pouvons dire avec crédibilité que nous avons maintenu vivant l’objectif de limiter la hausse des températures à 1,5°C, mais l’élan est faible et il ne survivra que si nous tenons nos promesses et agissons rapidement pour remplir nos engagements”

Alexandra Morette

Sources

https://www.ecologie.gouv.fr/comprendre-cop26

Pour en savoir plus

https://www.ecologie.gouv.fr/decryptage-des-cop-conferences-internationales-lutte-contre-dereglement-climatique

https://www.code-animal.com/blueprint-unep-2021-making-peace-with-nature-resume/

https://reporterre.net/Les-cles-pour-comprendre-la-COP26

https://www.lefigaro.fr/sciences/cop26-ce-que-contient-l-accord-de-glasgow-20211114