La France doit rattraper son retard : une liste positive s’impose !

Comme le montre de nombreux rapport et analyses, et au risque de se répéter, la France est le plus mauvais élève de l’Europe en matière de cause animale. Aujourd’hui, cet écart se creuse à mesure que d’autres pays européens, comme la Belgique et les Pays-Bas, progressent dans ce domaine. Si la Belgique a déjà instauré une liste positive déterminant quelles espèces peuvent être détenues par l’homme en 2009 – une liste par ailleurs toujours attendue en France – les Pays-Bas semblent avoir fait mieux : l’amendement de leur loi sur le bien-être animal empêcherait l’homme de « nuire au comportement naturel » d’une espèce, et ce d’ici 2023.

Photo crédit : Pixabay

En d’autres termes, cette amélioration du texte législatif permettrait une évolution radicale du traitement des animaux dans de nombreux domaines, pour l’agriculture comme pour les animaux de compagnie. Il impliquerait par exemple que le propriétaire d’un chien ne puisse le museler ou le tenir en laisse que lorsque cela est nécessaire ou demandé, et non pas constamment. Il impliquerait aussi que certaines espèces dont les besoins physiologiques et biologiques sont difficilement satisfaits en captivité ne puissent plus être détenus légalement par des particuliers. Cette mesure ambitieuse, à perfectionner d’ici deux ans, effraye le secteur de l’élevage et l’industrie du lait : les pratiques consistant à séparer la mère de son veau à la naissance, ou la détention des animaux dans des cages étroites pour l’élevage intensif, sont les types de traitements que cible par excellence cette mesure, et qu’elle souhaite voir disparaitre au plus vite.  

Image crédit : Pixabay

Ces avancées, historiques en Europe et véritablement ambitieuses, sont rendues possibles grâce aux cinq sièges dont dispose le Parti pour les animaux au Parlement néerlandais. En comparaison, il existe en France un parti similaire nommé le Parti Animaliste, mais dont l’impact en politique se restreint à des petits scores électoraux et qui ne participera aux législatives que pour la première fois l’année prochaine.

Photo crédit : Pixabay

Dès lors, cette bonne nouvelle en provenance des Pays-Bas illustre par contraste le retard grandissant de la France en matière de respect animal. C’est justement dans ce contexte que Code Animal se bat afin de faire adopter une liste positive nationale voire européenne (et non pas négative comme elle l’est actuellement), afin de fixer selon des critères une liste restreinte d’animaux non domestiques qui pourraient être détenus par les humains. L’adoption d’une telle liste reste nécessaire, tant pour le les animaux détenus, que pour la sureté des relations entre l’humain et l’autre animal. Rappelons pour ce faire que notre laxisme dans le trafic et la vente d’animaux exotiques conduit bien souvent au développement et à la propagation de maladies zoonotiques.

Photo crédit : Pixabay

Il est donc urgent pour la France d’enrayer son retard et de prendre les mesures impératives afin de mettre fin au plus vite à la captivité des animaux sauvages : il semblerait évidemment, pour un pays fondateur de l’Union Européenne, de montrer la voie à suivre, et certainement pas d’assister inactif à l’évolution politique, salvatrice pour la planète et les animaux, des pays environnants.

Marion Bigoin

Photo crédit : Pixabay

Source : Nouvelle loi en faveur du bien-être animal aux Pays-Bas : vers l’interdiction de nuire au “comportement naturel” des animaux (rtbf.be)