Discussions au Parlement Européen pour des cirques sans animaux sauvages : une première !

Dans le cadre de la campagne en collaboration avec notre partenaire Eurogroup for Animals, le Parlement Européen a organisé un débat lors de sa session plénière sur la nécessité ou non d’interdire la présence des animaux sauvages dans les cirques itinérants dans l’Union Européenne ce jeudi 16 décembre 2021. C’est une première historique !

Même si ce débat n’a pas été suivi de vote ou d’actes concrets, il aura eu le mérite d’en discuter et de prendre la température des institutions UE à ce sujet. Ce débat fait suite à une question orale déposée par des députés européens.

La réponse de la Commission européenne à ce sujet a été décevant : Le représentant de la Commission européenne a clairement indiqué qu’il s’agit d’une question éthique pour laquelle seuls les États membres sont compétents. Même si le bien-être des animaux sauvages utilisés dans les cirques suscite des inquiétudes, il appartient aux États membres d’agir, et il les a donc invités à suivre ceux qui ont déjà mis en place des interdictions.

Voici le communiqué de presse d’Eurogroup for Animals :

Le Parlement Européen montre un large soutien politique à la campagne Stop Circus Suffering !

Grâce à la mobilisation citoyenne et au 1 millions de signatures récoltées pour la fin des animaux sauvages dans les cirques, le 16 décembre 2021, le Parlement Européen a débattu de ce sujet en session plénière pour la première fois. La position de la Commission européenne n’est pas engageante et s’oppose fortement à la demande d’action du Parlement. Cependant, le débat a montré une vague de soutien politique pour mettre fin à la souffrance des animaux sauvages dans les spectacles, et une reconnaissance des demandes du public et de la société civile.

En octobre dernier, Eurogroup for Animals et ses membres, ainsi qu’InfoCircos, ont remis le million de signatures collectées dans le cadre de la campagne “Stop Circus Suffering” aux représentantes du Parlement européen, Eleonora Evi et Anja Hazekamp, députées européennes.

Aujourd’hui, l’interdiction par l’UE de l’utilisation d’animaux sauvages dans les cirques a été inscrite à l’ordre du jour de la session plénière avec une question orale : “La Commission a-t-elle l’intention d’introduire une interdiction de l’utilisation d’animaux sauvages dans les cirques au sein de l’UE afin de garantir que l’exposition aux risques du commerce illégal d’espèces sauvages et les risques pour la santé et la sécurité publiques soient atténués de manière uniforme dans les États membres et de contribuer à l’application des restrictions nationales pour la majorité des États membres qui les appliquent déjà ?”. Ce débat a été discutée après une déclaration de la Commission européenne.

Le représentant de la Commission européenne a clairement indiqué qu’il s’agit d’une question éthique pour laquelle seuls les États membres sont compétents. Même si le bien-être des animaux sauvages utilisés dans les cirques suscite des inquiétudes, il appartient aux États membres d’agir, et il les a donc invités à suivre ceux qui ont déjà mis en place des interdictions.

Les députés européens de tous les horizons politiques et de tous pays ont contré cette déclaration et ont exhorté la Commission Européenne à ne pas se cacher derrière le manque de compétence européenne. Ils ont souligné la nécessité d’écouter les citoyens et de fonder la décision sur la science : dans les cirques, les animaux sauvages ne sont pas seulement emprisonnés et forcés à adopter des comportements contre-nature, ils constituent également une menace en termes de risque de transmission de maladies, d’accidents qui touchent les dresseurs et le public, et l’utilisation d’espèces menacées pourrait alimenter leur commerce illégal. 

De nouveaux spectacles de cirque sans animaux pourraient continuer de faire perdurer la tradition sans infliger de souffrances inutiles aux animaux et sans perdre en créativité et en performance.

Source : Les Pisteurs

“Nous nous félicitons du fort soutien transpartisan du Parlement européen et de l’appel lancé à la Commission pour qu’elle ne se cache pas derrière un manque de compétence, car plusieurs motifs pourraient être invoqués pour décréter une interdiction. Nous ne cesserons pas nos efforts jusqu’à ce que la Commission européenne agisse pour sauver tous les animaux sauvages actuellement captifs pour le “divertissement”, leur bien-être est une responsabilité européenne et nous allons faire entendre leur voix”, a commenté Reineke Hameleers, directrice d’Eurogroup for Animals.

Hier, AAP Animal Advocacy and Protection, une organisation membre d’Eurogroup for Animals, a signé un contrat avec les autorités portugaises afin de sauver la quasi-totalité des animaux sauvages encore présents dans les cirques portugais. L’interdiction nationale portugaise de l’utilisation d’animaux sauvages dans les cirques, promulguée en 2018, entrera pleinement en vigueur en 2024. Pour faciliter l’application de cette interdiction, AAP a proposé des solutions de sauvetage adaptées pour tous les animaux sauvages de cirque restants, ce que la plupart des cirques ont accepté.

Alexandra

Source : Pixabay

Sources :

Question orale : https://www.europarl.europa.eu/doceo/document/O-9-2021-000064_EN.html

CP d’Eurogroup for Animals

Aller plus loin :

https://europeecologie.eu/pour-des-cirques-sans-animaux?fbclid=IwAR0GDN-fUoUMfsYNP6lX8IKpxEfC3bsaeAEbi5krXy5t4TromZBIzYqScGk