Les vidéos de « sauvetage » sur les réseaux, la vérité sur cette maltraitance.

D’après le journal National géographique, la chaîne Youtube aurait annoncé en mars 2021 « son intention d’agir dans les semaines suivantes pour interdire les vidéos de faux « sauvetages d’animaux ».

Comment se fait-il alors que 10 mois plus tard, ces vidéos soient encore visibles ?

On constate que malgré les mesures mises en place par Youtube, notamment la création des « Trusted Flagger » qui consiste à autoriser les Organisations Non Gouvernementales et les Organisations Gouvernementales de faire de la modération sur ce genre de contenu, les malfaiteurs s’insèrent dans la brèche et continuent leurs délits.

Photo credit : Vitaliy Anokhin Unsplash

Mais qu’est-ce qu’un « faux sauvetage » ?

A première vue, la vidéo commence par la mise en scène de deux animaux, l’un étant la proie et l’autre le prédateur. Le choix de la proie est régulièrement un animal perçu par le plus grand nombre comme attendrissant et sans défense (un gibbon, un chat ou encore un canard) et le prédateur un animal globalement perçu comme inquiétant et cruel (un python, un crocodile ou encore un aigle). La vidéo peut durer jusqu’à 5mn, vers la fin, on peut entendre des cris et on aperçoit un Homme qui intervient pour « sauver » la proie. Seulement 5mn de mise en scène c’est 5mn durant lesquelles il semblerait que « l’un est en train de blesser l’autre », 5mn ou en réalité les deux vivent un moment de stress intense et subissent une véritable maltraitance.

Photo credit : Rebecca Campbell

Comment sait-on qu’ils sont maltraités ?

Déjà il faut partir d’un principe clair, l’animal a-t-il choisi d’être dans cette situation ? La réponse étant évidente, il est clair que non, l’animal n’a pas donné son accord pour être filmé dans une vidéo d’attaque totalement orchestrée et qui ne reproduit d’ailleurs même pas les vraies étapes d’une chasse en milieu naturel. Donc même le « prédateur » subit cette mise en scène.

D’après Anne-Lise Chaber (interviewée par le journal National Géographic), les animaux sont stressés, blessés et parfois en meurent.

Il faut savoir que des analystes ont décidé de passer en revue ces vidéos afin de comprendre le mécanisme et de prouver qu’il y a là une véritable maltraitance. Dans de nombreuses vidéos, on voit des animaux fatigués, blessés et qui doivent reproduire des scènes de violence un nombre de fois incalculable.

Ils peuvent aussi passer de victime à bourreau et inversement en fonction du scénario, là encore les spécialistes le démontrent.

Photo credit : Pixabay

Est-ce réellement une mise en scène ?

Plusieurs experts, journalistes, reporters, témoignent pour démontrer qu’en effet ces vidéos ne sont que des “fake” et renvoient une image fausse de la réalité à celui qui la visionne. Il est démontré dans le journal National geographic, notamment grâce au témoignage de Auliya, herpétologue au musée Koenig, que le python mis en scène en train d’étouffer le gibbon, n’a pas mordu sa proie avant de l’enrouler, procédé obligatoire lors d’une vraie chasse dans la nature. Autre exemple plutôt parlant, toujours dans la même vidéo, le python est un animal qui ne chasse que la nuit, or la vidéo se déroule en plein jour.

Les preuves scientifiques ne manquent pas, cependant tout le monde n’a pas accès à ces informations, ne se pose pas les bonnes questions, et ne décide pas de faire des recherches sur internet  pour invalider ce type de vidéos.

Les utilisateurs de Youtube vont très majoritairement  croire en cette mise en scène sans voir la vérité qui se cache derrière. Rien n’est laissé au hasard, l’objectif est bien précis : émouvoir une partie de son audience ou assouvir un plaisir malsain chez l’autre partie. Le titre de la vidéo a lui aussi son importance, le choix des mots est crucial afin d’inciter les clics d’ouverture. Un exemple de titre possible : « un Homme sauve un primate ».

Si les organisateurs de ces vidéos se donnent autant de mal, c’est pour tromper l’internaute, collecter des vues et donc des « j’aime » qui se transformeront en euros; l’empathie peut rapporter gros.

Ainsi, si la vidéo semble être tirée d’un conte de fée, il faut impérativement se montrer critique et bien observer les faits. Mieux encore, il est préférable de ne pas relayer une vidéo de ce genre, aussi émouvante soit-elle, et de la signaler au besoin. Vous aurez ainsi contribué à faire cesser une pratique plus que discutable où des animaux sont blessés intentionnellement  pour faire grimper l’audimat, semble-t-il.

Photo credit : Unsplash

Comment mettre fin à ce type de maltraitance ?

Il faut se rappeler un élément crucial, les animaux mis en scène sont des êtres sentients qui ressentent la peur, la souffrance, etc.

Il faut donc signaler ce genre de contenu le plus vite possible, ne pas visionner la vidéo en entier et contacter Youtube.

L’association “World animal protection” donne les signes à repérer dans les vidéos pour dénoncer les faux sauvetages. Par exemple : essayer de voir si les blessures sur les animaux sont cohérentes (visible avant l’attaque, cicatrice à la fin de la vidéo qui n’apparaît pas), est-ce que l’environnement est plausible (chaton dans une jungle), observer la vivacité de l’animal ou plutôt sa réticence à produire l’action (signe de peur ou de grande fatigue à force de répéter la scène), si l’animal n’a pas servi dans une autre vidéo et enfin si l’Homme dans la vidéo après avoir « sauvé » la proie met les deux animaux côte à côte et n’a pas l’impression d’avoir peur de la situation. Ce ne sont que des exemples mais cela peut permettre de faire une première analyse et de procéder au signalement immédiat.

Des chiots à moitiés égorgés, des chatons aplatis entre des pneus (…) ça semble choquant à lire et pourtant le pire est à venir, ce sont des exemples de vidéos mises en scènes, où les blessures ont été portées sur l’animal pour la vidéo, dans le but de nous divertir ou plutôt de s’enrichir grâce à notre innocente  « compassion ».

Roxane

Photo credit : Uriel Soberanes on Unsplash 

Sources

https://www.nationalgeographic.fr/animaux/les-faux-sauvetages-danimaux-nouvelle-forme-de-maltraitance?fbclid=IwAR1LILL7Ul2dtq7fLHhPUo99baUvn8sdNFblBR-0TH__h_MkenPUoNJH8Mo

https://fr.worldanimalprotection.ca/nouvelles/un-nouveau-rapport-met-en-lumiere-la-cruaute-des-faux-sauvetages-danimaux-sur-youtube#:~:text=Au%20total%2C%20Protection%20mondiale%20des,type%20de%20%C2%AB%20divertissement%20%C2%BB%20cruel.